Mon corps, mon ennemi

25 Oct

Voilà une histoire d’une affligeante banalité. Au début.

Une fille qui n’aime pas son corps, à l’adolescence, quand il ne correspond pas à ce qu’on a l’air d’attendre de lui. Qui le voit déformé dans le miroir, à en inquiéter ses parents. Une fille qui remerciera ses amies, et ses chéris, pour tout le bien qu’ils lui ont fait en lui présentant son corps autrement. Ses amies par des après-midi de déguisements grotesques ou sexy qui révèlent un corps maléable. Ses chéris par des nuits embuées qui encensent un corps désirable.

Une fille qui devient femme. Mère. Qui, bien sur, ne reconnait pas son corps pendant la grossesse; mais le trouve beau. Un ventre énorme, mais qui renferme l’amour de sa vie. Et puis beaucoup de seins, aussi 😉

Un corps de mère qui, avec quelques cours de sport, reprend forme. Une forme bien différente d’avant, mais finalement plutôt pas mal. Un corps enfin accepté. On se dit que c’est gagné.

Et puis arrivent les épreuves. Une grossesse qui échoue, puis 2, puis 3. Un corps qui change déjà, dès les premières semaines de grossesse, qui veut s’épaonouir. Mais qui flétrit. A chaque echec, un corps qui y inscrit des séquelles.

Un corps qu’on maltraite, à coups d’hormones en cachets, puis en piqures. A coups d’examens médicaux qui annihilent toute pudeur et tout respect de soi. Un corps qui grossit. On pense que c’est pour se prérarer pour accueillir un tout petit en son sein. En fait, c’est pour se venger de ce qu’on lui fait subir…

Encore un échec, une 4è fois. Un corps qu’on ne respecte plus du tout.

Je voulais mon corps comme un incubateur à bébés. Mon corps n’est qu’un tombeau.

Comment en prendre soin? Comment s’accepter? Comment accepter que son Homme touche ce corps? Va quand même bien falloir, hein, même s’ils ont du mal à se nicher en moi, on sait bien que les bébés ne naissent pas dans les choux…

Publicités

22 Réponses to “Mon corps, mon ennemi”

  1. cacaboudin octobre 25, 2012 à 8:40 #

    Mon corps souffre aussi,mais pour des raisons differentes.ce corps est a toi,quoi qu’il en pense,et c’est toi qui doit reprendre les rênes(euh.. »rennes »,ou « reines »..pardon j’irai relire quelques pages de dico^^).pas facile,mais un jour ça viendra.le mien n’est pas encore venu,mais je sais qu’il viendra tot ou tard.la souffrance est plus psychologique que physique,l’un entraine l’autre et vice versa.ce sentiment du ventre vide je le connais aussi,j’ai eu mes filles assez tard,sans raisons medicales precises,juste que ça ne venait pas.evidemment rien de comparable a ce que tu vis je m’en rends bien compte.mes enfants n’ont pas guerit mon mal etre corporel puisqu’il qu’il n’y etait pas lié,mais ça m’a permis de relativiser et de le voir autrement,en attendant ce fameux jour ou lui il comprendra.courage,et si les choux ne marchent pas,tente les cygognes 🙂

    • moitoutetrien octobre 25, 2012 à 11:22 #

      La douleur physique qui entraine la douleur psychologique, j’ai connu, un peu, comme beaucoup… Mais la souffrance psychologique qui atteint le corps, c’est pire, je déteste! On doit écouter son corps quand il nous parle, le mien m’engueule très fort, et c’est réciproque!
      Les cygognes devraient m’aider à arrêter de casser la vaisselle, oui!

  2. babymeetstheworld octobre 25, 2012 à 11:02 #

    En Espagne on dit que les bébés viennent de Paris.. Je suis de tout coeur avec toi tite ln. Je ne sais pas si je pourrais trouver des mots pour te réconforter mais je pense à toi et j’espère que tu peux recevoir quelques unes de mes ondes positives ❤

    • moitoutetrien octobre 25, 2012 à 11:23 #

      Putain, faut vraiment pas que je déménage à Amiens alors 😉
      Merci sexy Fanny, je recois les ondes et j’aime ça!

  3. voilapapa octobre 25, 2012 à 11:13 #

    Voici un article difficile à commenter par un homme.
    Le corps d’une femme provoque le désir pour de multiples raisons, et parmi elles la différence, ce côté intriguant qui relève du mystère. Voilà pourquoi ton bel article est si difficile à commenter. Peut-être une seule chose, je ne crois pas qu’un corps qu’on considère non respecté (hélas, en espérant que ça cesse) devienne pour autant non désirable. Derrière ce corps, dans ce corps, c’est d’abord la femme qu’on voit, pas la mère à venir.

    • moitoutetrien octobre 25, 2012 à 11:28 #

      Je suis ravie que tu commentes en apportant ton point de vue masculin. Mon mari ne veut pas considérer mon manque de respect, et veut offrir à mon corps les égards qu’il lui a toujours apporté. Sa façon à lui de panser mes blessures. Je le remercie pour ça, et je m’efforce de lutter contre moi-même.
      Et surtout de lutter contre l’objet initial des rapprochements, qui enjoint inévitablement à me penser en future mère…

      • voilapapa octobre 25, 2012 à 11:31 #

        Par désir, je n’entends pas forcément passage à l’acte. C’est bien là la traduction du désir, c’est sûr, mais je tenais surtout à dire que, quel que soit le regard que tu peux porter sur ton corps à un moment donné, ne crois pas qu’il soit moins désirable pour autant.

  4. voilapapa octobre 25, 2012 à 11:34 #

    Enfin j’espère surtout ne pas dire là de trucs super choquants 😉

  5. voilapapa octobre 25, 2012 à 11:35 #

    Mais je pense en effet qu’il y a souvent un décalage : elle voit la mère quand lui regarde la femme.

  6. barbidou2 octobre 25, 2012 à 12:17 #

    Aussi loin que je me souvienne mon corps et moi c’est loin d’être une histoire d’amour… Petite fille, adolescente, puis jeune fille toujours trop ronde. Je n’ai jamais compris mon « succès », je n’ai jamais compris les compliments et j’ai toujours trouvé ça dingue que l’on puisse m’aimer. Et pourtant, il m’est arrivé des histoires qui ont toujours fait halluciner mon entourage.
    Quand j’ai rencontré chéribibi je pesais 10 kilos de moins que maintenant. J’ai fait 30 kgs de plus a la fin de ma grossesse.
    Comment s’accepter dans ce cas et surtout comment envisager le désir de l’autre ? Et quand en plus ce corps nous joue des tours avec l’infertilité c’est encore une fois notre intimité féminine qui est touchée.
    Il m’en a fallu du temps pour y revenir. Et pourtant, c’est revenu. Mon homme est pour beaucoup dans le processus de reprise en main. Avec son regard, l’envie de me plaire de nouveau.Envie de m’accepter. Je n’y arrive pas toujours. Je ne me reconcilierai jamais avec lui mais je pense que, petit à petit, je vais m’accepter telle que je suis…
    J’espère avec toi … je croise aussi …

    • moitoutetrien octobre 25, 2012 à 12:38 #

      L’envie de se plaire est essentielle pour s’accepter. L’envie de plaire à l’autre est un bon début. On ne remerciera jamais assez nos hommes pour le désir qu’on peut lire dans leurs yeux quelles que soient nos états d’âme et notre tour de taille.
      Tu verras, dans peu de temps on aura toutes les 2 un gros bedon, et on adorera ça! ❤

  7. To be or not to be PMA octobre 25, 2012 à 12:59 #

    Je n’ai jamais trop aimé mon corps.
    Quand j’étais enfant je rentrais bien dans les normes, même les normes basses, puis il y a eu l’adolescence, le peu de confiance en moi, le peu d’amis, le refuge dans la bouffe, le besoin d’affection
    Puis l’Amour, à la fac, le seul, le premier, puis la douleur quand il est parti loin pour travailler, puis la joie de le rejoindre, puis la difficulté de trouver du travail, puis enfin un travail.
    Puis la courage de me prendre en main, Weight Watchers et 30kg de moins je me servais mieux, mais malgré tout toujours peur de passer sur une grille dans la rue.
    Puis plus de travail, et l’appel du frigo de plus en plus fort. Les kilos qui reviennent, puis la grossesse, puis on se remotive, on reperd un peu, on reprend, on reperd et finalement une nouvelle grossesse…
    Et un poids qui reste convenable 🙂
    Mon corps souffre (pas de la même manière que toi) mon corps me fait souffrir…

    • moitoutetrien octobre 26, 2012 à 10:42 #

      Les femmes et leur corps, c’est une guerre tout au long de la vie, et la grossesse en est une bataille violente et rapide. Mais comme toutes les guerres, il finit par y avoir une armistice…

  8. instantdeparents octobre 25, 2012 à 1:13 #

    La femme et son corps. Malheureusement j’ai connu toutes les étapes du maigrissime au énorme. Je n’accepte toujours pas le mien actuellement alors qu’il porte juste les marques du passage du temps et de mes enfants. Mais, pour l’instant, je refuse de tenter quoi que ce soit tant que je n’aurais pas fait ce qu’il faut pour m’accepter. Moi. En entier. Parce que mon poids ne me définit pas. Alors je tâtonne et j’espère m’accepter. Un jour.
    Bisous

    • moitoutetrien octobre 26, 2012 à 10:43 #

      Les marques du temps et des enfants, ce sont les marques d’une vie. Difficiles à accepter parfois, mais elles sont belles, ce sont les plus belles traces…
      Tu as raison, s’accepter avant de tout changer. Tu y arriveras, sûre!

  9. lilmumvidesonsac octobre 27, 2012 à 8:50 #

    Sans adorer mon corps, j’ai eu conscience qu’il plaisait, j’en ai joué. Beaucoup.
    Puis j’ai rencontré Monsieur Ours et je n’ai plus eu envie/besoin de séduire tout le monde, tout le temps. Je savais que je plaisias encore, mais il n’y en avait qu’un seul à qui je voulais plaire vraiment et il était à mes côté.
    Et puis la vie, les grossesses (aboutie ou non) on modifié mon corps, beaucoup…
    Aujourd’hui je ne me sens plus désirable (même si mon Ours me montre le contraire), et « physiologiquement », je le trouve inutil : pas capable de d’accueillir un enfant…

    Bref, je crois que je te comprends 😉

    • LN moitoutetrien octobre 30, 2012 à 9:11 #

      Est-ce qu’une grossesse aboutie nous rendrait une meilleure image de notre corps, et donc de nous-même? Il deviendrait plus « utile », c’est certain, mais sur l’aspect désirable, je pense qu’il faudrait travailler sur soi sans attendre que Dame Nature nous envoie une cygogne…

      • lilmumvidesonsac octobre 30, 2012 à 12:24 #

        Pour moi je pense que ça aiderait à me reconcilier de pouvoir mener une grossesse à terme.
        Mais comme tu dis, je n’attends pas forcément que ça arrive. Je me suis remise au sport, j’accepte d’acheter des vêtements qui dépassent le 38 (et dans lesquels je ne suis plus boudinée) 😉 Je me trouve mieux depuis quelques temps…
        La confiance en moi revient doucement.

  10. bentellemas octobre 28, 2012 à 11:01 #

    Bonjour, je viens de découvrir ton blog et il me parle beaucoup. Comme toi j’ai l’immense joie d’être déjà maman et comme toi j’ai voulu doubler ce bonheur. Sauf que je me suis égarée en chemin. Fiv, fausse couches à répétition et boules de larmes qui en sortent de je ne sais où ont pris la place du petit deuxième. A tel point que le jeu n’en vaut plus vraiment la chandelle… Mon corps, ce n’ai pas trop ça le problème, j’ai réussit à l’apprivoiser grâce au sport. Je me noie littéralement dans le sport à grosse dose de sueur, au rythme de musique qui me pousse et me porte ailleurs, là où mon cerveau épuisé réussit à se mettre sur pause. Et ça c’est BON BON BON!!! En plus, j’ai pas le choix, si je prends du poids mon chériebibi me le fait remarquer tout de suit à coup de petite blagues bien senties!!! Je pense qu’il a un problème de ce coté là… Bref, je suis dans la maîtrise du corps et de l’esprit, jusqu’à explosion, ce qui ne devrait pas tarder je crois. Chacun se défend comme il peut…

    • LN moitoutetrien octobre 30, 2012 à 9:15 #

      Ton témoignage me parle beaucoup.
      Qu’entends-tu par « le jeu n’en vaut plus vraiment la chandelle »? Vous avez abandonné le projet de bébé 2?
      Je ne connais pas encore la maitrise du corps, mais celle de l’esprit oui, Et tu as raison, à ce jeu là on risque l’explosion… As-tu quelqu’un avec qui parler de tes épreuves, pour les laisser sortir doucement sans exploser? Ce blog m’aide beaucoup pour ça…
      Des bises, à hâte de te lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :