Du Burn Out pro à la déprime MAF

11 Sep

Tout commence par une jeune femme dans le monde du travail. J’entends déjà tes soupirs « han, encore une nana qui va râler (ah ah, comme si ça t’étonnait ça hein!) sur sa supposée discrimination ». Oui, je vais le faire.

C’est cliché; c’est ce que je croyais à la fac, pleine d’ambition et de rage de réussir que j’étais. Mais je déchante dès mon 1er poste. Mari (il l’est pas encore à l’époque, mais c’est pour faciliter la compréhension, tu vois) et moi cherchons en même temps le même type de poste. Sans vouloir me vanter c’est pas mon genre, si on a les mêmes diplomes on a pas le même cursus (en nombre d’année notamment). Bref mon CV il tue. Sauf que, bizarrement, on est embauchés pour des emplois similaires, mais avec quand même près de 25% d’écart de salaire.

J’avale mes couleuvres et je continue mon parcours.Dans le monde merveilleux et non moins mysogyne de la finance, où on m’a plus souvent pris pour la serveuse apportant le café qu’au sérieux (femme + jeune = forcément boniche, au mieux assistante). Et puis vient le drame dans ce qu’une femme peut espérer d’une carrière: le bébé.

Mais en fait, le vrai problème, c’est pas la maternité, c’est l’image que les gens s’en font.

Je suis tombée enceinte, j’ai été arrêtée. Etrangement, mon entreprise a survécu (pourtant mon patron m’avait fait comprendre que ce serait la fin du monde que j’ose m’absenter plus de 15 jours). Personne n’a vu la différence avec « avant » (sauf sur mon fond d’écran), je n’ai pas pris le 80% que la plupart de mes amies ont allègrement posé, mon patron m’a même fait remarquer que je n’avais pris qu’une seule journée enfant malade en 3 ans (applause).

Sauf qu’une grossesse ça va, mais deux, bonjour les dégâts (la maternité, c’est beaucoup plus grave que l’alcool dans l’entreprise). Mon patron a profité de ma 1ère fausse couche pour me virer. Classe, hein? Evidemment, il allait pas sagement payer mon congé mater qui allait bientôt arriver (s’il avait su, ah ah!). Pourtant j’avais eu l’impression d’avoir été plus qu’honnête et motivée dans mon travail…

Bon, je ne suis pas du genre à rester sur un échec (mes 4 fausses couches en témoignent). Difficile de trouver un boulot? Qu’à cela ne tienne, je créé le mien, hop je monte ma boite!

Et là, ça donne quoi une jeune maman chef d’entreprise? Bah un bon Burn Out. Du sympa, du bien gras, qui te ruine physiquement et psychologiquement. Alors quand j’en ai marre de ne voir mon fils que de 7h à 8h20 tous les matins, je décide (dans mon coquet petit lit d’hopital) de vendre.

Me voilà Mère au Foyer. Ah, MAF, la liberté! Ne devoir rendre de compte à personne, profiter de ses journées pour s’occuper de soi, voir grandir son enfant.. non mais quel programme de ouf! J’me demande vraiment pourquoi j’y ai pas pensé avant!

Et depuis quelques jours, je me rappelle. J’aime avoir du temps, mais je n’en ai finalement plus. J’aime ne plus avoir de patron, mais je deviens mon propre esclave. J’aime être moins stressée, mais je me sens complètement déconnectée.

Je suis perdue, ça sent la déprime. Faut que j’envoie des CV. Et là encore, c pas gagné (suis une trentenaire avec un gamin de 4 ans, tu le sens le bébé 2 qui arrive? l’employeur potentiel lui, il le sent bien)…

Le monde du travail a gagné.

Publicités

5 Réponses to “Du Burn Out pro à la déprime MAF”

  1. Sand septembre 13, 2012 à 8:13 #

    Hey ! Tu écris ton blog, ça te fait du bien de faire sortir tout ce merdier, toussa, ok, je comprends. Mais par contre, j’attends aussi de toi des trucs heureux, joyeux (mélodieux ? Je cherche une rime…) qui se sont passés depuis ces X années durant lesquelles tu es devenue grande (adulte parait-il :-)). Bref, que tu fasses aussi sortir tout le reste : A quel point ton mari est merveilleux, gentil, patient et… à l’écoute 😉 ! A quel point ton fils est mimi, gentil lui aussi, sociable et plus… ! A quel point ta maison déchire ! A quel point tu as des coupines formidables, charmantes et pleine d’humour (enfin tu vois où je veux en venir ;-)) !
    Bref, n’oublie pas tout ce qu’il y a de positif dans ta vie 😉

    • LN septembre 13, 2012 à 8:19 #

      ca vient, ça vient 😉

  2. Lil'Mum septembre 14, 2012 à 12:08 #

    Alors je te souhaite de vite retrouver ton équilibre !
    C’est pour ça qu’en ce qui me concerne, j’ai menti sur mes arrêts maladie, y compris la GEU où j’ai du être hospitalisée. C’est en effet mal vu de vouloir tomber enceinte…

    • moitoutetrien septembre 18, 2012 à 12:47 #

      mal vu tu m’étonnes… Mais comment ils veulent qu’on fasse les patrons, va bien falloir faire des gosses pour payer leur retraite 😉
      Ce sont des expériences qui t’apprennent (un peu durement) la vie et les gens…

      • choops octobre 5, 2012 à 12:55 #

        tiens ca ne m’est pas inconnu tout ca. Pas exactement le meme parcours que toi mais
        prepa ecole de commerce experience a l’ectranger, rencontre de futur mari, installation definitive a l’etranger, grossesse, demenagement/demission/horreur admninistrative assurance et cie, DPP, et là, recherche de boulot a mi temps, je lorgne parfois sur des postes D’assistante!, avec une estime de soi dans les chaussettes…

        on met du temps a s’en remettre. J’espere que tu vas aller mieux tres vite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :